Océan de plastiques , un écosystème en danger .

Quelque 4,8 à 12,7 millions de tonnes de déchets plastiques aboutissent tous les ans dans les océans, selon un rapport paru dans la revue Science.

 

Doug Woodring a toujours été dans son élément dans l’eau ou sur l’eau. À l’université, il faisait partie de l’équipe de natation et, plus tard, il a pris goût à la nage en mer et à la pirogue à balancier.

Après avoir obtenu son diplôme de maîtrise en gestion d’entreprise et un autre en relations internationales, il a travaillé pendant plus de 20 ans dans le domaine de la gestion technologique, financière et des actifs. Ce qui ne l’a pas empêché de retourner souvent à l’océan. Mais ce qu’il y a vu l’a agacé, fâché même.

« Pendant longtemps, l’océan a été traité comme un vrai dépotoir, explique Doug Woodring. On pensait que tout ça [les déchets] finirait par disparaître. Mais ça ne disparaît pas. »

En 2011, Doug Woodring a fondé l’Ocean Recovery Alliance, un groupe non gouvernemental implanté aux États-Unis et à Hong Kong. Son objectif : amener le public, pour qui l’océan est une source de loisirs ou de travail, à prendre sa défense. L’alliance encourage les amateurs de surf, de voile, de natation, de canoë-kayak et de plongée à nettoyer les zones qu’ils utilisent.

Mais ces efforts ne sont qu’une goutte dans l’océan lorsqu’il s’agit de combattre la pollution par les déchets plastiques.

Un océan de plastique

Les océans subissent une pression énorme sous l’effet cumulé de l’acidification liée au climat, de la surpêche et de la pollution. Celle-ci prend essentiellement la forme de sacs à provisions, de bouteilles, de jouets, d’emballages alimentaires, de matériel de pêche, de mégots de cigarettes, de lunettes de soleil, de seaux, de sièges de toilettes… La liste n’en finit pas.

Quelque 4,8 à 12,7 millions de tonnes de déchets plastiques aboutissent tous les ans dans les océans, selon un rapport paru dans la revue Science.

image des ports
image des ports
image des ports
image des ports
image de ports
image de ports

 

 

 

 

 

 

 

Plus qu’une goutte dans l’océan : une solution mondiale

Avec le recours croissant aux matières plastiques, on projette que le tonnage de déchets plastiques devrait être multiplié par dix au cours de la prochaine décennie. Il est donc urgent de lutter contre la pollution marine par les déchets plastiques.

Heureusement, il semblerait que le vent ait tourné.

« La dynamique qui consiste à lutter contre les déchets plastiques en milieu marin n’a jamais été aussi forte », a indiqué Catherine Novelli*, sous-secrétaire d’État des États-Unis, en 2015.

Les États-Unis mettent en œuvre, à l’échelle nationale, des programmes ambitieux visant à réduire la quantité de déchets qui risquent de se retrouver dans les océans. Aux États-Unis, un grand nombre d’États et de municipalités ont interdit les plastiques les plus polluants et pris d’autres mesures encore.

Certains pays européens et l’Australie ont également décidé de réduire les déchets plastiques qui risquent d’aboutir dans les océans, et de protéger des écosystèmes océaniques vierges.

Il n’en reste pas moins que les problèmes planétaires appellent des solutions planétaires. « Le vrai défi est d’en finir avec un modèle économique qui repose sur des produits et des emballages générant beaucoup de déchets et qui pose le problème du coût du nettoyage »,commentait Charles Moore dans un article du New York Times* en 2014. Capitaine dans la marine marchande américaine, Charles Moore a été le premier à découvrir la Plaque de déchets du Pacifique Nord.

 

Qui a dit que les boîtes devaient être en plastique ?

Huit des premières marques mondiales de la grande consommation — dont Unilever, Procter and Gamble et Nike — se sont associées au World Wildlife Fund en vue de mettre au point de nouvelles matières plastiques d’origine végétale. L’objectif est de réduire la pollution par déchets plastiques en fabriquant des produits plastiques biodégradables à partir de plantes comme la canne à sucre, le maïs, le scirpe et le panic.

Si des entrepreneurs cherchent des moyens de sevrer la planète gourmande d’énergie à base de carbone, d’autres s’emploient à réduire la pollution marine par déchets plastiques.

sources et infos    SHAREAMERICA

 

http://www.arte.tv/guide/fr/062231-000-A/oceans-le-mystere-plastique?autoplay=1