Les Orques.

les orques

Les Orques: superprédateurs  pour certains , superprotecteurs  pour d’autres selon les légendes mais super est le mot qui convient.

 

les orques
images des ports
les orques
images des ports
les orques
images des ports

 

 

 

 

 

 

 

L’orque ou épaulard (Orcinus orca) EST une espèce de mammifère marin du sous-ordre des cétacés à dents, les odontocètes. Elle a une répartition cosmopolite ; elle vit dans les régions arctiques et antarctiques jusqu’aux mers tropicales. Son régime alimentaire ESTtrès diversifié, bien que les populations se spécialisent souvent dans des types particuliers de proies. Certaines se nourrissent de poissons, tandis que d’autres chassent les mammifères marins tels que les lions de mer, les phoques, les morses et même de grandes baleines. Les orques sont considérées comme des superprédateurs.

Les orques sont fortement sociales ; certaines populations sont composées de plusieurs familles matrilinéaires qui sont les plus stables de toutes les ESPÈCES animales. Les techniques de chasse sophistiquées et les comportements vocaux, qui sont souvent spécifiques à un groupe particulier et sont passés à travers les générations, ont été décrits comme des manifestations culturelles. L’Union internationale pour la conservation de la nature évalue actuellement le statut de conservation de l’orque comme « données insuffisantes » en raison de la probabilité que les types d’orque soient des ESPÈCES distinctes. Certaines populations locales sont menacées ou en voie de disparition notamment à cause de la disparition de leur habitat, de la pollution (par les PCB), de la capture des mammifères marins et des conflits avec les pêcheries.

Les orques sauvages ne sont pas considérées comme une menace pour l’Homme, bien qu’il y eut des cas de spécimens captifs tuant ou blessant leurs dresseurs dans des parcs à thème marin. Les orques sont très présentes dans les mythologies des peuples navigateurs, avec une réputation allant du protecteur d’âmes humaines à celle de tueur impitoyable.

Les mâles mesurent entre 6 et 9 m de long (le spécimen le plus grand jamais vu mesurait9,74 m) et pèsent entre 5 et 8,5 tonnes (le plus lourd spécimen pesait 11 tonnes) ; les femelles sont plus petites, mesurant entre 6 et 7 mètres pour une masse située entre 3 et 4 tonnes (le maximum connu pour une femelle EST de 7,5 tonnes). À la naissance, le nouveau-né pèse environ 150 à 220 kg et mesure entre 2 et 2,70 m de long. À la différence de la plupart des dauphins, la nageoire caudale d’une orque EST large et arrondie (elle peut mesurer plus de2,40 m d’envergure).

Dans la nature, seuls 1% des orques ont leur nageoire dorsale courbée contre 80% en captivité; cela est dû au fait que les orques captifs restent plus souvent à la surface de l’eau et la nageoire n’est plus « soutenue » par la forte densité de l’eau salée. Elle finit par s’affaisser SUR le côté.

Les orques ont une apparence caractéristique avec un dos noir, un ventre blanc et une tache blanche derrière et au-dessus de l’œil. Le corps est puissant et surmonté d’un grand aileron dorsal avec une tache gris foncé en forme de selle juste derrière. Pouvant mesurer plus de 2 mètres, l’aileron dorsal du mâle est plus grand que celui de la femelle (environ 90 cm). Il a une forme de triangle isocèle allongé tandis que l’aileron dorsal de la femelle est plus court et a la forme d’une faux. Néanmoins cet aileron s’affaisse chez la plupart des orques en captivité. Les scientifiques identifient les individus grâce aux entailles, coups et éraflures SUR leurs ailerons ainsi qu’à la forme de l’aileron.

L’orque mâle a une silhouette caractéristique qui ne peut être confondue avec celle d’une autre ESPÈCE d’animal marin. Dans les eaux tempérées, les femelles et les juvéniles, s’ils sont observés d’une certaine distance, peuvent être pris pour des représentants d’espèces comme le faux-épaulard ou le dauphin de Risso.

Cependant, les scientifiques ont constaté qu’il existait des orques de forme naine en Antarctique. Certains spécialistes veulent les considérer comme une ESPÈCE à part en les nommant Orca glacialis ou Orca nanus. Mais d’autres refusent de la considérer comme une espèce différente d’Orcinus orca.