Tara expédition.

 

 

 

Tara, APRÈS TREIZE ANS D’ENGAGEMENT.

 

DANS L’ÉTUDE DES OCÉANS ET UNE DOUZAINE D’EXPÉDITIONS EN MER, Tara EXPEDITIONS EST DEVENUE UNE FONDATION RECONNUE COMME GROUPE D’INTÉRÊT PUBLIC. ETIENNE BOURGOIS, DIRECTEUR D’AGNÈS B. ET FONDATEUR DE Tara EXPEDITIONS, EXPLIQUE CE NOUVEAU CHAPITRE DE L’AVENTURE Tara.

 

 

 

 

Qu’est-ce que le nouveau statut juridique, en tant que «fondation», change pour Tara Expeditions?

Il y a quelques jours, ma mère Agnès Troublé et moi avons fait don de la goélette de recherche à Tara Expeditions, qui vient d’obtenir le statut de «groupe d’intérêt public». Cela signifie que nous pouvons maintenant recevoir des dons publics. C’est l’aboutissement d’un long processus, 36 mois de travail et de procédures administratives. Nous avons maintenant une réelle crédibilité internationale, en particulier chez les Américains qui accordent beaucoup d’attention au mot et au statut de «fondation». C’est aussi l’occasion d’adapter notre organisation à travers d’autres formes de sollicitations du public et de nos partenaires. Nous avons maintenant la capacité de comparaître devant les Nations Unies et de respecter notre engagement envers les océans. Nous avons changé de vitesse et c’est très stimulant.

Agnès B.

agnès b., co-fondateur et sponsor principal de la Fondation Tara Expeditions

Qu’avez-vous imaginé il y a 10-12 ans quand vous avez acquis Tara?

J’ai acheté Tara il y a 13 ans avec l’idée de contribuer à ma manière à l’étude et à la protection des océans. Je n’ai jamais imaginé venir ici aujourd’hui. Les débuts ont parfois été difficiles mais finalement le projet m’a dépassé, il est allé au-delà de nous tous, et tant mieux! Tara est devenue un bien commun partagé par des personnes d’horizons très différents, un lieu merveilleux de création, d’échanges et de connaissances. J’aime profondément la mer et j’ai eu l’occasion de découvrir la nature à l’état brut, deux fois au pôle Nord, et de rencontrer des gens absolument passionnés par l’océan. Les gens voyageant avec Tara sont pour la plupart des scientifiques, très dévoués à la recherche, mais leur travail implique encore beaucoup de créativité, de rêves, de chance, et surtout de doute. Ce sont toutes les choses impliquées dans la réalisation du rêve de Tara Expeditions!

Envisagez-vous d’investir davantage dans le domaine et le débat politique autour du thème des océans?

Nous le faisons depuis longtemps, en partageant nos informations et nos connaissances à travers des conférences et en participant à la rédaction de nombreux rapports. Nous allons également créer une sorte de groupe de réflexion Tara pour communiquer nos positions sur des thèmes liés à l’océan, par exemple la gouvernance internationale de l’océan, la biodiversité marine et la pollution plastique. En général, je cherche l’équilibre. C’est-à-dire un accès privilégié aux institutions publiques, travaillant avec elles pour changer les lois tout en restant indépendantes, et ne permettant pas à Tara de devenir une autre entité institutionnelle compliquée à manœuvrer. Nous devons trouver le bon ton, parfois classique, parfois critique, mais en garantissant toujours la liberté et l’indépendance de Tara.

 

La bonne source Tara
Tara expédition

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes également en relation avec d’autres organisations, associations, fondations et unités de recherche dans le monde entier

Je pense que les actions de tous ceux qui défendent l’environnement, et dans ce cas l’océan, peuvent être complémentaires. La combinaison de nos énergies nous rend plus forts. Par exemple, à chaque événement Tara, nous invitons d’autres associations et parties prenantes à se joindre à nous, pour échanger des idées et éduquer de nouveaux publics. En 2016, nous mettons également en œuvre un vaste nouveau programme de coopération Nord-Sud dans la continuité de Tara Oceans (en partenariat avec le GEF français ). Cela créera des réseaux pour partager l’expertise et les connaissances sur le plancton avec de jeunes chercheurs du Chili, du Pérou, d’Argentine et du Sénégal. J’aimerais que Tara puisse proposer et partager les plus hauts niveaux de connaissances scientifiques.

Tara expédition.

Quelles seront vos prochaines étapes avec ce nouveau statut? Vous insistez souvent sur l’importance de l’enseignement – des initiatives éducatives et culturelles.

Nous continuons d’offrir des résidences d’artistes à bord de Tara. C’est souvent une expérience formidable pour les artistes sélectionnés (beaucoup nous le disent) et un excellent moyen d’impliquer un public différent dans notre projet. Lors de la prochaine expédition Tara Pacific , le bateau passera plus de temps sur les escales. L’équipe rencontrera des jeunes dans les écoles, les administrateurs et les associations locales. Nous organiserons également des conférences, des expositions et des visites à bord de Tara. Pour le volet éducatif, l’un des plus importants à mon avis, nous souhaitons étendre notre partenariat avec l’UNESCO. Nous devons vraiment responsabiliser les jeunes vis-à-vis des problèmes environnementaux. Il est inutile de leur pardonner les erreurs commises par les générations précédentes. Les jeunes sont intelligents et trouveront des moyens de changer les choses, et ils réussiront!

Propos recueillis par Victor Branquart

 

www.dunportalautre.fr